Le Plaisir des Femmes Infidèles

Bienvenue sur mon blog de débat et d’échanges sur le candaulisme

18 avril, 2015

Et le Candaulisme dans tout cela ?

Classé dans : Non classé — candaule @ 16:00

Cul kold

Nous dépensons beaucoup de temps, nous messieurs, à expliquer nos motivations à vivre ce fantasme et voir nos femmes dans des situations érotiques avec d’autres partenaires. Mais nous ne parlons jamais des motivations de nos épouses à s’offrir ainsi à d’autres sous nos regards. Sachant que la sexualité féminine est bien différente de celle des hommes. Leurs pulsions sont bien plus raffinées et elles ont souvent besoin plus que d’une simple attirance pour faire l’amour surtout si elles sont mariées, heureuses et amoureuses en couple.

©Photo: Alexandr  Sinitsyn

Le Candaulisme était il n’y a pas si longtemps totalement inconnu sur la toile, une simple recherche Google pouvait témoigner du peu d’informations sur le sujet. Longtemps noyé à tord dans les pratiques plus répandues que sont le triolisme et l’échangisme, le candaulisme depuis 2ans environ prit conscience de sa particularité avec la naissance de quelques sites spécialisés notamment chez les anglo-saxons (encore eux).

Marisa, Chur
Cuckold, c’est ainsi que ces derniers le nomme. Cuckold est à la base le nom d’un oiseaux qui au fil de son évolution s’est spécialisé dans la ponte de ses oeufs au seins de nids d’autres espèces. Profitant de l’instinct maternelle universel pour nourrir sa progéniture et garantir la survie de sa race.
Cuckold est également la traduction litérale de « Cocu » en anglais. Ceux qui prétendent que le candaulisme n’a aucun rapport avec l’adultère ont pourtant raison! cependant tel n’est pas l’approche de nombreux amateurs de ce fantasme, où l’humiliation est une base importante de leur excitation et que nous ne pouvons ignorer. De ce faite, le terme de Cocu, pour bon nombre d’entre nous doit être pris en compte dans leur excitation de Candauliste.

mes_voisins_baisent_tumblr_814527780_north_607x

Si les anglo-saxon précurseur comme à leur habitude sont nombreux à se retrouver au sein de forums et autres communautés plus ou moins structurées et sincères, un pays latin lui sors du lot, l’Italie !
Cornuto, s’est sous cette appellation qu’ils se reconnaissent. Pays connu pour son machisme légendaire, les italiens sont pourtant les plus soumis à leur épouses et ses dernières n’hésitent pas à revendiquer leur statu d’épouses libérées sexuellement organisées très souvent en communautés très codifiées, comme le prouve ces quelques photos amateurs. Un signe de raliment distinctif et particulier rappelant les cornes du « Cocu ». Je vous laisse à vos jugements…

my first black

Et les francophones me direz-vous ? Aujourd’hui force est de constater que malgré quelques initiatives prometteuses, aucun site ou forum digne de ce nom ne peut être conseillé. Quelques blogs amateurs traitant du sujet exitent bel et bien , malheureusement bien trop personnel pour apporter véritablement un plus aux candaulistes que nous sommes. Souvent souillés par les fantasmeurs et autres dépravés sexuels, les quelques forums sur le sujet perdent très vite de leur crédibilité.
Vous trouverez içi de nombreuses informations et conseils en tous genres afin de vous accompagner dans ce qui est et sera peut-être un jour….votre sexualité !

Et le Candaulisme dans tout cela ?  tumblr_nml9ntZd4b1rv93u9o1_1280

16 avril, 2015

Enfin… avouer son inclination pour le Candaulisme

Classé dans : Non classé — candaule @ 17:59

FI

Cataclysme, fatalité, épreuve passagère, début de l’incompréhension… tensions, questions.

Les inclinations naissantes après tout, ont des charmes inexplicables, et tout le plaisir de l’amour est dans le changement. (Molière, Don Juan, acte I scène II)

Peut-être est-ce les mots qui se mélange dans votre esprit dès lors que votre mari prenant son courage à deux mains vous a avoué son attirance pour le candaulisme. D’ailleurs n’a t-il probablement pas utilisé ce terme et vous le découvrez aujourd’hui en parcourant ce site.

©Photo: Alexandr  Sinitsyn

La plus part du temps, cet aveux survient après quelques années de vie communes heureuses et pleines d’amour (si tel n’est pas le cas, d’autres questions pourraient se poser), un mariage réussis, une vie sexuelle épanouis et la naissance d’enfants fruits de cette union.
Tout cela rend d’autant plus incompréhensible sa confession et vous plonge dans une profonde perplexité…êtes-vous peut-être même déçue par ses propos.
Une femme heureuse et amoureuse n’a de sur crois aucune envie d’aller voir ailleurs si l’herbe y est plus verte, de ce fait pourquoi me propose t-il se dont je désire le moins ? N’éprouve t-il plus d’attirance pour moi ni d’amour au point de me laisser dans les bras d’un autre ? Me cache t-il son jeu et devrais-je lui rendre la parité par la suite ?

1463478_1392465874324668_1217853381_n
De plus un fantasme et la réalité sont deux mondes très différent, vous n’êtes pas sûr de lui et encore moins de vous. Comment assumer et gérer cette situation si nous devions passer à l’acte ? Les sentiments sont également une sources d’angoisse à ne pas négliger.
Un homme sincèrement attiré par le candaulisme est avant tout un homme passionnément amoureux de sa femme. Sa sexualité est intensément lié à son plaisir physique certes mais à un besoin énorme d’une dimension cérébrale pour pouvoir s’épanouir.
C’est cette cérébralité qui explique en grande partie l’excitation qu’il éprouve en vous laissant dans les bras d’un autre sans en demander la réciprocité. L’inverse d’un couple échangiste !

Black

Selon les cas, la jalousie est plus ou moins présente et source de plaisir. Vivre son fantasme ne peut se faire qu’avec vous car il vous aime.

Candauliste

Accepter son fantasme doit-être une priorité, il serait dommage d’angoisser pour cela et nourrir une tension mal venu dans votre couple.
Le respecter et y voir une preuve d’amour est essentiel. C’est peut-être pour vous une belle occasion d’instaurer un dialogue complice et ouvert à d’autres horizons dans votre vie amoureuse sans pour autant que le Candaulisme en soit le but ultime.

1394786_530747923688335_1915077779_n

12 avril, 2015

Candaulisme et Femme Polyandre

Classé dans : Non classé — candaule @ 10:49

FI

Et si la polyandrie était commune ? Drôle de question, n’est-ce pas ? Drôle ou même absurde, parce que l’on a l’impression que l’on détient de prime à bord la réponse : « non, non et non… ça n’arriverait jamais » ! Mais pourquoi donc ? C’est ça la vraie question du vrai-faux débat de cet article. Alors que l’idée de la Femme toute puissante et jouissante pourrait semblée être une solution idéale pour les Candaulistes.

L’idée de la femme toute puissante est inadmissible pour la majorité et même farfelue autant pour les hommes que les femmes. Ah si si, beaucoup de femmes militent pour réclamer leur infériorité face à leur partenaire masculin ou plutôt –pour faire plus jolie- la supériorité innée et même divinement ordonnée de la gente masculine.

Enonça le schéma suivant :

 Lundi, la femme va rendre visite à son mari n. 1 dans ses appartements privés. Elle y passe la nuit et prend congé de lui le lendemain matin.

– Mardi, elle appelle son mari n. 2 et lui dit : « écoute, prépare toi, demain, je viens te voir ».

– La femme passe la journée de Jeudi en compagnie du mari n. 3.

Oui, oui. Il s’agit bien de la femme polyandre, toute puissante, qui jour après jour, fait le tour, sans contraintes, de ses trois époux logés dans leurs différents appartements. Elle se la coule douce et s’occupe à merveille de ses enfants.

©Photo: Alexandr Sinitsyn.

« Ce n’est pas possible, aucun homme ne pourra l’accepter !»

« C’est très facile de prendre le dessus sur les autres et leur faire du mal sans se préoccuper de leurs sentiments et de leurs souffrances. Le jour où les hommes envisageront que la polyandrie est possible, la polygamie prendra fin ».

Ce que les sociétés pensent de cette pratique qui consiste à reconnaitre à une femme plusieurs époux simultanément. Ainsi, ce modèle a existé ou existe toujours chez les Massaï (Kenya), les Bororos (Brésil), dans l’Himalaya et d’autres endroits d’Asie qui n’ont pas forcement la réputation de pratiquer le Candaulisme.

Dans certaines de ces régions, la polyandrie fraternelle (plusieurs frères peuvent prendre la même épouse) ou son contraire la polygynie (plusieurs sœurs épouser un même homme) étaient de mise. Cette forme d’union, en voie de disparition, était effectivement pratiquée pour des raisons socio-économiques, mais surtout pour sauvegarder le patrimoine familial.

La question que l’on pourrait se poser ici, c’est celle des enfants. Comment attribuer tel enfant à son géniteur ? Dans ces sociétés, pour des soucis d’unité, l’enfant appartenait à tout le monde. La structure familiale était organisée de telle sorte le plus important, c’était le rôle que chaque enfant devait jouer en tant qu’aîné, cadet ou benjamin. Mais dans des « endroits plus modernes », un simple test d’ADN, répondrait à cette interrogation.

FI

Et chose paradoxale que j’ai notée. Dans le type de société décrit, ces femmes arrivaient à mieux appliquer l’espacement des naissances. On serait tenté de croire que plusieurs maris équivaudraient à une ribambelle de mioches. Mais ce qu’on oublie, c’est que la femme toute puissante détient le contrôle de sa sexualité. Elle voit qui elle veut, quand elle veut !

Ce type d’union multiple n’est bien évidemment pas exempte de problèmes de jalousie, tout comme dans la polygamie. Ce qui est bien souvent à l’origine de séparations définitives. Dans ces cas, c’est à la femme toute puissante d’user au maximum de sa diplomatie pour tempérer les ardeurs des ses époux.

La polyandrie a longtemps été assimilé à de la prostitution. Encore qu’ici il s’agit de mariage et non d’union libre, ni de relation sans lendemain. On revient donc à l’éternel questionnement : « pourquoi une femme qui a plusieurs amants est prise pour une débauchée alors qu’un homme qui empile les conquêtes est adulé comme un demi-dieu » ?

Candaulisme

Ce qui semble plus poser un problème, ce n’est pas la « possibilité de la polyandrie » puisque d’après les exemples sus-évoqués, elle est tout-à-fait possible. Mais c’est plutôt son acceptation dans la société, dans laquelle nous appartenons, qui est impossible. Alors que le Candaulisme est à peine toléré, c’est cette même société qui tolère et supporte les violences domestiques, l’excision des petites filles, les viols, l’infidélité… et la polygamie.

C’est bien beau de dire : « je prendrais quatre femmes inch’Allah » comme si c’était une obligation, tout en oubliant l’autre moitié très importante du pacte « et je les traiterai toutes de façon juste ». Et encore, est-il possible de traiter quatre femmes de façon juste ? Comme de nos jours, avec la crise et la conjoncture, l’éducation convenable des tous ces enfants est devenue presque mission impossible, ne serait-il pas mieux de se limiter à la monogamie (comme en Tunisie et à Madagascar) ? Le Candaulisme ne pourrait pas devenir alors une agréable forme d’alternative ?

Sans être féministe. Il faut juste croire juste en la parité homme-femme, en l’égalité des droits de tous les humains, bien qu’ils soient fondamentalement différents dans les rôles qu’ils ont à jouer dans la famille et dans la société. Croire en un partenariat.

©Photo: The Erotic Curator.

Celui où une femme et un homme, s’asseyent à la même table, partagent le même repas et décident ensemble au cours d’une consultation équilibrée de comment tenir leur foyer.

Ce qui déterminera la dynamique de leur échange, c’est la justesse des idées contributives et non la prétendue ascendance liée au sexe. Ce qui les renforcera, c’est leur capacité à s’unir autour de la décision prise ou à concéder, à tour de rôle, en cas de vision différente. En bref, chacun aura une part de responsabilité égale.

L’homme à lui seul ne pourra rien faire, la femme toute seule ne pourra pas tout faire.

Candaulisme5

11 avril, 2015

Le candaulisme se vit d’abord par petites touches

Classé dans : Non classé — candaule @ 12:50

String3

Que vous soyez débutants ou non, le candaulisme  a ceci de fascinant qu’il se joue d’abord par petites touches, au quotidien, de manière quasi-permanente. Vous vous promenez tranquillement en amoureux, et tout à coup Mme croise un jeune homme qui lui fait un certain effet et vous le confesse. En un rien de temps, vous revoilà la regardant empli de désir, l’imaginant aller aborder cet homme sous vos yeux ébahis… La vie d’un couple candauliste, c’est cela, mais pas seulement. Que peut-il y avoir de plus excitant et de plus rafraîchissant pour un couple que cette pratique ?

Candaule

En effet, après une période de disette ou tout simplement pour vaincre l’ennui qui s’installe inéluctablement, ces pratiques s’avèrent être les meilleures armes contre la routine, souvent fatale pour les couples.

Eros4

Qu’il est beau de redécouvrir sa compagne ainsi, se retrouvant en tant que femme, aimant son corps et ses formes, s’admirant chaque jour un peu plus et passant du temps à se préparer, toujours plus sexy et sûre d’elle. Chaque matin, le mari candauliste redécouvre sa femme avec un regard neuf et amoureux. Il apprécie d’abord pour lui-même le fait de la voir ainsi, d’admirer son corps, si aguicheur. Mais Monsieur s’avère aussi très excité par l’idée que d’autres hommes la regarderont également avec autant de désir, au cours de la journée. Il ne peut s’empêcher de se réchauffer l’esprit en imaginant sa femme si désirable se faire draguer par un inconnu, ou mieux encore, qu’elle le séduise par elle-même.

Candaulisme3

Par ailleurs, il s’avère très excitant d’entendre le désir de sa femme pour d’autres. Par exemple, qu’il est stimulant d’entendre sa femme parler de tel ou tel collègue, telle ou telle connaissance, qu’elle trouve charmant et qu’elle désire sincèrement. C’est une manière de découvrir les désirs de son épouse et de se rendre compte que chaque jour un peu plus à quel point votre bien-aimé que vous pensiez si sage se révèle finalement être une vraie tigresse, chasseuse d’hommes et insolente.

String

Pour l’épouse, l’avantage du candaulisme est d’abord de pouvoir exprimer sa féminité et de se libérer du poids de l’enfermement tel que le couple est conçu et pensé par la morale religieuse, toujours si puissante inquisitrice. Avec cette pratique, vous pouvez à nouveau vous mettre en avant, vous sentir sexy, vous épanouir… C’est avec délice que vous considérerez à nouveau les yeux des hommes, et pas uniquement ceux de votre mari, se portant sur votre corps, sur vos seins, vos fesses, etc. Cela est d’autant plus enthousiasmant, que vous avez maintenant la possibilité de séduire les hommes qui vous intéresse alors que vous vous l’êtes (peut-être) toujours interdit. Ce désir chez les hommes, vous allez le retrouver avec plaisir, avant tout dans les yeux de votre mari. Vous verrez à quel point le candaulisme est puissant, et serez surprise de voir votre mari vous désirant à nouveau comme une bête, comme au tout début de votre histoire.

String2

Découvrir le candaulisme est donc un cercle vertueux en cela qu’il permet aux couples de se retrouver en se stimulant l’un et l’autre, en retrouvant dialogue et complicité. C’est une pratique magnifique, mais qui n’est pas toute rose, et qui peut par la suite mener à bien des complications, une fois le passage à l’acte réalisé… Si celui-ci se fait à la légère.

C1

6 avril, 2015

Candaulisme, les épouses préfèrent le noir !

Classé dans : Non classé — candaule @ 16:03

Black

Pourquoi les femmes blanches aiment-elles les noirs ?

C’est un fait qui serait difficile à démentir de nos jours : les femmes blanches aiment un peu plus les hommes de race noire. Cette préférence n’est pas fortuite, elle découlerait d’un certains manque d’encadrement à la fois psychique et même physique de la part des hommes blancs, qui sont de plus en plus attirés par des envies beaucoup plus anecdotiques et pas du tout du goût de ces femmes. Certains pourront bien se cacher la figure ou même rire à pleines dents à la lecture de ce qui précède, mais le spectacle est un secret de polichinelle pour tous ceux qui côtoient au quotidien les couplent européens.

Candaulisme, les épouses préfèrent le noir !  tumblr_lu3hhlxZmt1r3qxsdo1_500

Nous dépensons beaucoup de temps, nous messieurs, à expliquer nos motivations à vivre ce fantasme et voir nos femmes dans des situations érotiques avec d’autres partenaires. Mais nous ne parlons jamais des motivations de nos épouses à s’offrir ainsi à d’autres sous nos regards. Sachant que la sexualité féminine est bien différente de celle des hommes. Leurs pulsions sont bien plus raffinées et elles ont souvent besoin plus que d’une simple attirance pour faire l’amour surtout si elles sont mariées, heureuses et amoureuses en couple. Voilà une des origines de cette préférence, le changement pour le changement avec le même, Non ! Quitte à changer autant que cela soit pour se faire plaisir et profiter de celui-ci en testant son propre fantasme..!

tumblr_lu3hdoLEsN1r3qxsdo1_500

Les blacks ont certainement profité de ce manque d’opportunisme généralisé de certains européens pour s’intégrer en Europe. Vous vous demandez : « Pourquoi les hommes noirs épousent tant de femmes blanches. » Mais la question devrait être: « Pourquoi les femmes occidentales séduisent tant ces beaux mâles noirs ?»

tumblr_lugerzc6D91r3qxsdo1_500

Statistiques aidant, nous retrouvons donc proportionnellement nos chèrent épouses qui, puisque nous leur laissons le choix, préfèrent l’efficacité et le plaisir au doute.

Les jeunes blancs se livrent plus à la diversité qu’à la vie de couple

  • Les jeunes femmes blanches sont confrontées à un certain manque d’engagement des jeunes hommes, qui préfèrent vivre en solitaire et pratiquer d’autres types de sexualités. Il est très facile de rencontrer des jeunes hommes qui frôlent la quarantaine, avec un bon salaire, mais sans femme à la maison. Ce qui est considéré comme une aberration en Afrique, où il est anormal qu’un homme qui a une certaine aisance du point de vue financier, atteigne un certain âge sans femme ni enfants.

tumblr_luav7cd4jw1r3qxsdo1_500

Les femmes blanches sont chosifiées dans leur société or les noirs savent les draguer

  • On peut le vérifier en faisant le décompte des clubs échangistes, gang bang party et autres noms subtiles qui dénomment ces pratiques hors du commun. Ce sont des lieux où les femmes sont parfois considérées comme des choses, et les africains qui ont longtemps été considérés comme des barbares sont tout simplement etonnés devant ce comportement et profitent ainsi du manque de savoir faire ou de cette évolution des moeurs européens en tendant leurs filets. Connaissant la mentalités des femmes blanches ainsi esseulées mentalement, les attirent avec avec un comportement sociable et condescendant à leur égards, ce qui n’est pas la chose la plus partagée pour leurs congénères hommes caucasien.

tumblr_lugeu0JzxM1r3qxsdo1_500

  • Les blacks ont l’art de draguer les femmes blanches, ce qui ne peut que contribuer à les rapprocher de ces beaux jeunes hommes, virils et désirant le démontrer.

Pourquoi les femmes européennes aiment les noirs

La réponse est simple : elles sont seules et veulent un homme ; un vrai homme viril, capable de dire, voilà ce que je pense, voilà ce que j’ai décidé de faire…etc, et pas seulement des petits perdants, pleurnichards. Si vous jetez un coup d’œil dans les sites de rencontres. Ce genre de texte ne vous échappera pas.« Jeune femme, 25 ans cherche véritable homme pour mariage si possible »

tumblr_luavfq1J8S1r3qxsdo1_500

Classiquement, les femmes ont toujours préféré épouser les hommes qui sont déjà financièrement assis. C’est ce que vous pensez. Mais comment expliquer que certains noirs en Europe, sans papiers, sans travail, sans logement fixe réussissent à épouser des blanches qui travaillent, ont un logement. A l’inverse, un homme européen, belle maison équipée, belle voiture, bon salaire n’arrive pas à trouver de femme? Pourtant, les barrières sociales et ou les préjugés restent un obstacle majeur aux mariages mixtes, surtout quand l’homme noir est pauvre sans emploi, sans papiers. La réponse est sans nul doute dans les hormones et la pratique du sexe, une femme préfèrant un homme fécond qui inconsciement ou pas lui donnera des enfants forts. C’est la loi de la nature Messieurs !

tumblr_lugee85TiM1r3qxsdo1_500

C’est encore un challenge d’épouser une femme blanche en Europe. (Le Danemark fait exception) La famille, les amis et même les autorités. On vous demandera parfois des papiers que vous ne pouvez pas avoir. Par exemple, en Allemagne, pour se marier, ils vous demandent d’apporter ce qu’on appelle Ehefähigkeitszeugnis , c’est-à-dire il faut avoir capacité de se marier avant d’obtenir le droit de se marier. Bizarre surtout que ce document s’obtient dans le lieu où vous êtes né. Qui va vous le fabriquer en Afrique? Ceux qui croient que les femmes européennes aiment les blacks à cause de la grosseur du sexe, n’ont rien compris de la sexualité des femmes.

tumblr_luav93W4YG1r3qxsdo1_500

Le gros sexe est impressionnant et curieux pour tout le monde même pour les hommes, mais ce n’est pas pour cela uniquement qu’une femme  pourrait pencher vers un homme. Les femmes aiment les vrais hommes. Et pour le moment, les vrais hommes virils sont les noirs d’Afrique. Un véritable homme est travailleur, indépendant, protecteur, fort, sportif, efficace, séducteur, puis dominant même.

tumblr_lufohbJeNm1r3qxsdo1_500

Un véritable Homme est macho !

Certains mots peuvent vous avoir choqué, mais peu importe. « Toute vérité a besoin d’un courageux pour la clamer  » Les femmes n’aiment surtout pas les hommes soumis, faibles, pleurnichards, les petits garçons dépendants, collants, incapables, efféminés. Etre macho ne devrait pas signifier battre sa femme, l’humilier en public ou lui montrer que vous avez d’autres copines. Etre macho ici c’est être capable. C’est dire « Moi, je suis… je pense » alors votre femme parlera avec orgueil à ses amies. « Mon mari c’est un dur…tu sais », « Mon amant c’est un black et il me baise avec une telle ardeur , une telle exaltation..! »

tumblr_lugecwwORL1r3qxsdo1_500

Plaidoyer pour une société multiculturelle

Tous les noirs ne sont pas charmeurs et paresseux et tous les blancs ne sont pas des soumis pleurnichards.

Le métissage culturel aura une valeur d’or dans le futur. Le racisme est un bateau qui coule. Il faut plaider pour une société multiculturelle plutôt que de se cantonner dans des préjugés. Oui il y a des différences culturelles entre blancs et noirs et ce n’est pas un préjugé. C’est vrai. Cela n’est pas lié à la couleur de la peau, mais au milieu dans lequel on a grandi. Les africains noirs vivent dans des sociétés où on n’est pas sanctionné parce qu’on vient en retard, et où pour avoir une femme, il faut être un malin fin charmeur. Le blanc vit dans une société où l’effort est récompensé, le retard puni. L’homme recherché de demain sera un homme multiculturel. Un homme tolérant, et surtout pas raciste. Vive le métissage culturel. Blancs et noirs unissez-vous !

tumblr_lueq2zYLEq1r3qxsdo1_500

Blancs, ayez des amis noirs et laissez tomber les préjugés des races. Il n’y a en fait qu’une seule race d’hommes. Vos enfants profiteront de cette vision future d’un monde sans barrière raciale.

tumblr_lugequ4Cnx1r3qxsdo1_500

On dit aussi des blancs qu’ils ne savent pas sauter, qu’ils ne savent pas sprinter, qu’ils ne savent pas danser. En revanche,  » ce sont de bons travailleurs, disciplinés et structurés » Vous avez dit métissage culturel!. Ouf! Sédar Senghor ressusciterait, lui que les africains avait qualifié de traitre lorsqu’il a honoré le métissage culturel. Jusqu’à présent, il est le seul blancs et noirs confondus à avoir défendu le métissage culturel.

tumblr_luavj6HO7j1r3qxsdo1_500

Les blancs sont des travailleurs acharnés, des gens structurés qui savent planifier le futur, mais ils ne savent pas draguer les femmes. Le noir n’est pas un travailleur volontiers. Le noir travaille bien lorsqu’il est sous pression. Le noir est indiscipliné, et ne connait pas la notion du temps et de la notion de bonne gouvernance, mais c’est un charmeur très souvent. La société a besoin d’hommes de toutes les origines pour se compléter.

tumblr_lueps4hX2T1r3qxsdo1_500

Mais vous qui répondez en disant, les femmes blanches prennent des amants noirs parce qu’elles fantasment sur les gros sexes des noirs, ce sont des femmes qui aiment le sexe et les Hommes forts, virils. D’ailleurs avant d’en arriver au sexe, il faut d’abord réussir à charmer nos femmes. La réponse est que ces hommes noirs là sont des hommes. Ce sont des fins charmeurs protecteurs. Ce sont des hommes, des vrais !

tumblr_ngdfunhWFf1r3qxsdo1_500

Qu’est ce qu’un vrai homme?

Il est vrai d’une part que dans la majorité des mariages mixtes, le mâle est noir et la femelle est blanche. S’il y a peu de blancs qui épousent les filles noires, ce n’est pas parce qu’elles ne sont pas belles ou parce qu’ils sont racistes, mais parce qu’ils en sont incapables. Ils ont peur des femmes. Même entre-eux, certains ne draguent pas non plus les femmes européennes.

tumblr_luavi3opw51r3qxsdo1_500

3 avril, 2015

Candaulisme, histoire et développement…

Classé dans : Non classé — candaule @ 19:15

© Photo: Nicola De Luigi

Historique

Tout d’abord, disons que ce comportement est aussi vieux que le monde et s’est manifesté autant à l’époque des cavernes que lors des orgies romaines, des festins du Moyen-Âge ou au moment du libertinage du XVIIIe siècle. L’époque victorienne le fit presque disparaître, mais le Candaulisme reprit de la popularité avec le mouvement hippie des années 70, pour reculer à nouveau à cause du VIH au début des années 80. Nous assistons actuellement à un nouvel engouement pour cette pratique avec l’ouverture de clubs échangistes, de saunas et de soirées privées. Rien de nouveau sous le soleil, sauf qu’actuellement les petites annonces et Internet en facilite la promotion.

© Photo: Nicola De Luigi


Le paradoxe du Candaulisme

Il y a peu d’études scientifiques faites sur les couples Candaulistes. Les quelques rares que j’ai pu consulter démontrent que, sous couvert d’ouverture et d’amoralité, les Candaulistes sont souvent plus traditionnels et normatifs que les autres couples en défendant l’importance du couple (l’infidélité est vécu en couple, les deux individus n’existent que par le couple), le respect d’autrui (les personnes doivent être d’accord pour procéder) et le divorce est mal vu (pourquoi divorcer lorsque l’on a tout sous la main, ouvertement). On constate souvent que les membres des couples Candaulistes, en dehors de ce comportement sexuel marginal, ont une vie tout à fait conventionnelle et qu’ils véhiculent très souvent les stéréotypes des hommes galants et protecteurs et des femmes classiques et modernes à la fois.

©Photo: Romasch.

Les motivations des Candaulistes

Les motivations avancées par les Candaulistes sont très variables : mettre du piquant dans leur histoire conjugale et leur vie sexuelle, apprendre à surmonter la jalousie et l’instinct de possession, se faire des nouveaux amis, le sexe pour le sexe sans implication émotive (surtout pour les hommes), pour faire plaisir à son partenaire ou ne pas le perdre (surtout pour les femmes) et finalement, de façon paradoxale, dépasser les limites traditionnelles du couple, pour mieux y rester.

Même des sexologues, en toute bonne foi, préconisent le Candaulisme et sont les plus talentueux dans l’apport d’arguments favorables. Lors d’un échange épistolaire, une sexologue écrivait que :

  • C’est un choix personnel.

  • Les Candaulistes ont opté pour la transparence et l’honnêteté, au lieu d’être infidèles.

  • Plusieurs d’entre eux ont une vie sexuelle saine et épanouie.

  • Ils doivent avoir une bonne communication et une complicité à tout épreuve pour fixer des règles strictes et les respecter.

  • Il y a des soirées d’information animées par des professionnels pour permettre aux nouveaux venus de saisir toute la portée du Candaulisme.

  • Les Candaulistes sont non-conformiste, mais fidèles à eux-mêmes.

  • Il y a désir mutuel de partager des moments intimes fantasmatiques.

  • Il n’y a aucune dictature patriarcale et les femmes n’y sont pas soumises, parce que consentantes.

  • On y retrouvent des hommes et des femmes très respectées et très respectables.

Photo: Sergey Karabanov.

L’interprétation des chercheurs

En règle générale, les chercheurs en sexologie interprète plutôt que les hommes veulent, par le candaulisme, briser la routine sexuelle qui peut s’installer après quelques années de vie conjugale et satisfaire aussi leur fantasme. Quel homme n’a jamais fantasmé en imaginant sa femme dans les bras d’un autre ? Même à l’intérieur d’un couple non-candaulgiste, la libido de l’homme est généralement plus intense que celle de sa partenaire et c’est lui qui veut expérimenter différentes techniques et positions sexuelles.

Nos observations nous indiquent aussi que, dans les clubs échangistes, la femme y est souvent considérée comme simple monnaie d’échange. Dépendante de son mari, c’est ce dernier qui « négocie » l’échange avec un autre homme ; après l’échange, l’homme remercie le mari de lui avoir prêté « sa » femme. Plusieurs hommes vont dans les clubs avec une jolie hôtesse plutôt qu’avec leur propre femme pour augmenter leur pouvoir de négociation. Et lorsqu’ils y vont avec leur partenaire régulière, ils essaient de l’échanger pour une autre esthétiquement plus belle. Dans certains clubs, les femmes peuvent être encouragées (poussées ?) par leur mari à participer à divers concours tels : gilet mouillé, striptease, etc.) Le seul pouvoir de la femme semble être d’accepter ou de refuser les propositions. Il y a donc chosification de la femme dans l’échangisme, comme dans la majorité des comportements sexuels marginaux excepté le Candaulisme où la Femme reste libre de ses choix.

©Photo: David D.

Candaulisme et jalousie

En fait, le Candauliste essaie de satisfaire ses fantasmes en essayant de minimiser les conséquences potentielles et sous prétexte de respecter son partenaire, puisque l’autre accepte « librement » d’y participer. De façon assez générale, le Candaulisme est initié par l’homme, comme on peut facilement le constater le plus souvent. Mais, l’arroseur devient souvent l’arrosé. Par exemple, la femme plutôt réticente au début et qui accepte de suivre son mari y découvre rapidement son pouvoir de séduction lorsque plusieurs hommes la courtise au cours d’une même soirée. Et comme les femmes peuvent être multiorgasmiques, vous pouvez facilement imaginer la suite. Beaucoup de couples fragiles ou peu communicants ont éclaté lorsque l’un des partenaires a vu son conjoint se « révéler » sexuellement avec un autre. Qu’on le veuille ou non, faire l’amour avec différents partenaires permet la comparaison, laquelle ne se fait pas nécessairement à l’avantage de l’initiateur. Tout comme dans l’infidélité classique, savoir que son partenaire a eu des rapports intimes avec quelqu’un d’autre peut blesser, mais jamais autant que la perte de confiance consécutive et la crainte de perdre son conjoint si celui-ci ou celle-ci a plus de plaisir sexuel ou de succès avec l’autre sexe. Nul humain, même soi-disant le plus libéré, n’est à l’abri de la jalousie à la vue de son partenaire en extase avec une autre personne.

©Photo: Dima H.

Les non-dits des Candaulistes

Si vous lisez les livres écrits par des partisans du candaulisme, vous constaterez ceci :

  • Les Candaulistes, sauf rare exception, ne font pas partie de clubs.

  • Les femmes candaulistes déplorent souvent la disponibilité permanente qu’elles sont sensées afficher et assumer si elles se veulent libérées.

  • Les hommes souffrent davantage de la comparaison avec les autres hommes.

Cas cliniques

Voici quelques situations réelles :

  • Un homme, n’osant dire à sa femme qu’il ne la désirait plus, la convainc de participer à des ébats candaulistes et l’abandonne après avoir trouvé une amoureuse plus jeune. Résultat : deux divorces.

  • La femme timide qui se découvre sexuellement grâce au Candaulisme refuse maintenant des relations plus qu’ordinaires avec son conjoint ; elle souhaite maintenant des relations provocantes dans des endroits publics. Le mari n’est plus à la hauteur. Résultat : disputes continuelles car son mari refuse maintenant d’échanger.

  • Venue au Candaulisme à l’instigation d’un homme passionnément aimé, la jeune femme, une fois enceinte de son mari, a réalisé à quel point le candaulisme lui faisait horreur et allait à l’encontre de tous ses idéaux de fidélité au père de son enfant. Résultat : fausse couche, séparation et psychothérapie.

  • Dans le cas d’un jeune couple débutant, la femme s’est sentie salie, dévalorisée et son ami s’en est voulu de l’avoir amenée. Pire, l’ami ne comprenait pas qu’elle soit réticente à continuer, d’où sentiment de la jeune femme d’être doublement trahie.

  • Une autre femme, très romantique et pudique, entraînée par son mari dans une orgie, a vécu un véritable choc et lui voue depuis ce temps une rancune tenace qu’elle manifeste dans sa réticence à faire l’amour et songe sérieusement au divorce.

Il n’y a pas d’étude longitudinale sur le futur des couples candaulistes. Mais on peut soulever une hypothèse plutôt positive à leur sujet, sachant que les couples non candaulistes divorces deux fois sur trois suite à la découverte de l’infidélité de leur partenaire.

© Photo: Nicola De Luigi

Que penser du Candaulisme ?

L’être humain possède trois cerveaux : le cerveau primitif (ou reptilien), où est logé le centre du plaisir, le cerveau mammalien, siège des émotions, et le néo-cortex, siège de la conscience, des sentiments et du sens éthique. Le sexe relève du cerveau primaire ; le coup de foudre et la passion (tout comme la colère, la peur…) logent dans le cerveau mammalien. L’amour est un sentiment et relève donc du néo-cortex, seul cerveau considéré comme véritablement humain.

Or, il existe dans le monde Candauliste une perception mécanique de la sexualité, comme si celle-ci pouvait exister en dehors de toute émotion et de tout sentiment ou signification. Partager sa sexualité avec une autre personne n’est jamais anodin, même si on veut fermement croire le contraire. Des sensations, des émotions et des sentiments surgissent forcément. Ce qui donnent un sens à ces sensations et ces émotions, c’est la raison ou l’intention pour laquelle nous posons des gestes sexuels. Seul change le sens de ces gestes : établir une relation d’intimité, permettant à chaque être humain de se dévoiler pleinement et de faire pleinement confiance.

On peut reprocher deux choses aux différentes émissions radio et télé portant sur la sexualité : celles-ci ont tendance à 1. ne présenter que les comportements sexuels marginaux et 2. à mettre l’accent sur les aspects mécaniques de la sexualités. Et là réside le principal préjudice social qui en découle. Des gens ayant une sexualité tout à fait saine en arrivent à se demander s’ils sont normaux parce que non attirés par ces comportements sexuels marginaux, mais fortement publicisés. D’autres ont l’impression de ne pas se réaliser sexuellement parce qu’ils n’arrivent pas à avoir du plaisir en essayant de mettre en pratique les recettes miracles présentées lors de ces émissions (que ce soit à la recherche du point G ou de l’orgasme multiple pour les hommes). À quand des émissions d’information axées non pas sur l’exceptionnel ou la mécanique, mais sur les connaissances scientifiques et les meilleures conditions pour s’épanouir sexuellement ?

De toute façon, à quoi sert la vibration des corps (cerveau sensoriel), si elle n’est pas accompagnée d’une vibration des cœurs (cerveau émotif) et de la vibration de l’esprit (cerveau humain) ? L’harmonie et l’estime de soi sont les sentiments que l’on ressent lorsque nos trois cerveaux travaillent en collaboration.

L’aspect positif est de donner à tout citoyen un peu plus de liberté dans ses comportements : tout être humain peut décider quel cerveau dirigera son comportement. Il ne faudrait toutefois pas oublier que liberté se conjugue avec responsabilité.

©Photo: Kungurtsev Vyacheslav.

29 mars, 2015

Candaulisme, témoignage : « Je couche avec un mec que je n’avais jamais vu et mon mari est là »

Classé dans : Non classé — candaule @ 15:28

Candaulisme, témoignage :

Le récit de leurs découverte de notre pratique, de leurs façons d’en parler au début puis de s’informer pour mieux comprendre et pour ensuite découvrir les plaisirs de la pratique.

Ils nous relatent ce qui a probablement participé dans leurs éducations et leurs vécus à cette ouverture d’esprit qui leur permet d’aborder le candaulisme avec tant de naturel. Ils nous content leurs premières expériences et nous décrivent non sans malice quels sont les stratagèmes qui permettent à Claire de faire comprendre à Vincent qu’un amant lui plait et qu’elle a envie de poser son cerveau pour mieux laisser son corps parler.

Claire et Vincent sont ensemble depuis dix-sept ans, et depuis sept mois expérimentent le candaulisme : elle fait l’amour à un autre homme devant son mari, dont c’était le fantasme. Ils racontent.

« On n’a pas énormément d’expérience… », me prévient Claire (les prénoms ont été changés). Nous sommes assis dans leur salon, une grande pièce lumineuse et colorée dans une ville du centre de la France. Des jouets multicolores jonchent le parquet, il y a des piles de BD et des photos de leurs quatre enfants.

Claire et Vincent nous ont écrit pour raconter leur vie de « candauliste ». On a dû chercher sur Wikipédia ce que ça voulait dire : ce sont des gens qui prennent du plaisir à voir leur partenaire faire l’amour avec quelqu’un d’autre. Pour ce couple d’une quarantaine d’années, c’est surtout, comme dit Claire, « une question de plaisir partagé. On le partage à deux et on le partage à trois. »

Ça fait déjà dix-sept ans qu’ils sont ensemble. « Au début je pensais que ça n’allait pas durer longtemps, je ne voulais pas quelqu’un au travail », raconte Claire. « Oui et puis tu voulais un brun sans lunettes… » rigole Vincent. Leur complicité est évidente, et leur expérience du candaulisme avant tout une histoire d’amour. C’est pourquoi cette vie de baise sera à deux voix.

« Rien à voir avec de l’ennui »

D’emblée, ils précisent : « Ça n’avait rien à voir avec un ennui dans notre vie sexuelle. C’était vraiment un fantasme : tu peux avoir la vie sexuelle la plus débridée que tu veux, ton fantasme tu l’auras toujours. »

Claire. On a fait des enfants très vite : on a décidé d’avoir un enfant six mois après s’être connus, et on en a eu trois en cinq ans. Ça m’a toujours un peu peinée : je trouvais qu’on n’a pas eu de vie de couple. Et puis il y a sept ans, on a eu des problèmes de couple : j’ai trompé Vincent, Vincent m’a trompée. On a été voir un psy de couple, on s’est mariés… A ce moment-là, c’était « Soit on se marie, soit on se sépare ». Et on a eu notre dernière fille , on a repris le dessus.

Vincent. Quand Claire m’a trompée, je me suis rendu compte que je n’arrivais pas à être jaloux. Mais je voulais tout savoir. C’est à ce moment-là que l’envie s’est matérialisée.

© Photo: Nicola De Luigi

« J’ai toujours eu cette envie »

Vincent. Je pense que j’ai toujours eu cette envie et elle a progressivement pris corps, au fil des années. Claire a un rapport très sain à la sexualité : elle sait ce qu’elle veut et ce qu’elle ne veut pas, et elle le dit. Moi je savais ce que je voulais, mais c’était plus compliqué de le verbaliser, de l’assumer.

Claire. Le candaulisme, ça faisait un moment que ça rôdait dans notre couple. Je sentais que Vincent avait des envies : il allait beaucoup sur Internet et je me demandais ce qu’il allait chercher. Mais quand je tombais sur des trucs, je voyais bien que ce n’était rien d’extraordinaire. On a fini par en parler, et Vincent me disait : « Ce que je vais chercher sur Internet, c’est ce que les hommes pourraient te faire. » Personnellement, je ne suis pas du tout dans le virtuel : ça ne m’excite pas du tout. Mais je me disais : « Si c’est son truc, je le laisse faire, c’est son jardin secret. »

Et il a fini par me dire : « Ce que j’aimerais, c’est te voir faire l’amour avec un autre gars. » Là (elle rit) : ça m’a fait rire. C’était irréel pour moi, c’était pas possible ! Pas parce que je suis prude, mais parce que je ne comprenais pas bien. Mais il m’a dit que c’était un vrai fantasme, une vraie envie. Le déclic est venu là.

J’ai cherché sur Internet « homme qui regarde sa femme avec un autre homme », et je suis tombée sur un site, candaulisme.com, esthétiquement joli, avec des témoignages, qui expliquaient pourquoi des hommes pouvaient avoir envie de voir leur femme faire l’amour avec un autre, comment ils la trouvaient belle… Ça m’a beaucoup rassurée. Vincent avait un peu de mal à mettre des mots dessus, mais en lisant ça, je me suis dit : « Bon, je comprends mieux. »

En soi, l’idée ne me posait pas de problème : je n’ai jamais été fidèle, j’ai toujours pu faire l’amour sans sentiments et ce n’était pas un problème de coucher avec quelqu’un d’autre que Vincent. Mais je ne voyais pas comment ça allait être réalisable. Je lui ai dit : « OK, mais il faut que ce soit un mec qui me plaise. »

tumblr_nlkunrlH1d1u8b87jo1_1280

Vincent. Je n’ai jamais insisté. J’en ai parlé, elle savait que j’avais cette envie-là, mais je n’ai jamais, jamais, cherché à faire une liste d’arguments. On ne le fait que parce que Claire veut bien le faire.

Claire. J’ai dit à Vincent que si c’était réalisable, ce serait sûrement un soir de fête, après avoir un peu bu. On a essayé d’aller dans un club échangiste. C’était terrible, j’étais là-dedans comme une petite souris ! (rires) Encore aujourd’hui, j’ai du mal avec le désir que je peux susciter. Quand un gars nous a abordés, j’étais terrorisée !

Vincent. Le mec s’est approché et m’a dit « Est-ce que je peux masser votre femme ? » Mais comme la musique était super forte, j’ai entendu : « Est-ce que vous pouvez me passer votre femme ? » J’ai répondu « Ça va pas non ! »

Claire. Et moi j’étais accrochée au bras de Vincent, à dire « non non non » (rires)

Donc on est allés sur un site échangiste. C’est un peu la foire aux bestiaux, il y a des dizaines de milliers de personnes. Tu fais ta recherche, tu rentres tes critères… Par exemple, on précise que Vincent n’est pas bi et que ça se fera toujours en sa présence. Et puis on discute.

C’est comme ça qu’on a rencontré le premier, Cyril.

La première fois

Claire. On était partis tous les deux en amoureux, pour les 40 ans de Vincent. On avait mangé dans un resto étoilé,et on avait rendez-vous avec Cyril. Il nous avait prévenus qu’il ne pourrait pas rester, qu’il devait partir à 21 heures. Ça m’allait bien, je trouvais qu’il fallait qu’on prenne notre temps. Je ne voyais toujours pas comment ça pouvait se passer concrètement.

On était dans un pub. On a bien parlé, on a bien rigolé. En fait, Cyril n’était pas du tout obligé de partir à 21 heures. Et finalement il a fallu décider. C’était compliqué, parce que je ne sais pas décider. J’ai fini par dire « Bon. Je finis ma bière et on y va. » On avait pris une chambre d’hôtel à côté, et on est partis.

Vincent. Au pub, je regardais Claire, je la voyais indécise et en même temps j’aimais bien ce moment-là, ce moment où tu prends les choses en main, où c’était toi qui décidais…

Claire. On est entrés dans la chambre. Je flippais un peu. Cyril m’a enlacée et c’était parti. Je n’étais pas hyper détendue.Il y avait une intensité. C’était bizarre. Je regardais Vincent, je me demandais « Est-ce qu’il va bien ? Comment ça se passe pour lui ? » Je le voyais pas en érection, et j’étais inquiète.

Vincent. Oui, parce que c’était la première fois que Claire couchait avec un mec devant moi mais c’était aussi la première fois que je la voyais coucher avec un mec !

Claire. Quand ç’a été fini, je me suis mise à rigoler bêtement. C’était les nerfs qui lâchaient. Cyril est parti – il devait retrouver sa femme.

tumblr_nlwis5ckOg1rv93u9o1_1280

L’autre mec

Claire. L’autre homme, c’est quelqu’un qu’on choisit, avec qui on s’entend bien, avec qui on sait qu’on a des atomes crochus. On ne prend pas des mecs juste parce qu’ils ont une grosse bite.

Vincent. C’est toujours Claire qui décide. Ce serait complètement inimaginable pour moi de lui dire « Tiens, lui il est génial, couche avec lui. »

Claire. J’aime bien être sur le site seule. Vincent me connaît suffisamment pour trouver des mecs qui me conviendraient et moralement et physiquement, il pourrait tout à fait faire ça pour moi, mais j’ai besoin d’un rapport de séduction. Il faut que j’arrive à être séduite et à séduire.

Vincent. L’idée dans l’absolu, c’est un mec qui fasse plaisir à Claire, mais aussi un mec qui pourrait être un copain. On se dit souvent en rigolant qu’un jour on verra Cyril au pub et qu’à force de boire des coups on se dira « Merde on a oublié de baiser ! » Avec lui, c’est vraiment ça. Au-delà du cul, on fait des blagues, on se chambre…

Les mecs ne comprennent pas toujours. Un jour en chat un mec m’a dit : « Alors tu as envie d’être cocu ? » Ben non, c’est pas du tout ça. J’ai juste envie de voir ma femme faire l’amour. A la limite, le mec, je le vois pas.

tumblr_nlkunaw4Rv1u8b87jo1_1280

« Elle est magnifiée »

Je regarde Claire. Je regarde son corps, son visage, je ne regarde qu’elle. La partie du mec que je regarde le plus, ce sont ses mains, par exemple quand il la déshabille. Mais au final, c’est le corps de Claire que je regarde. Et pourtant, je le connais par cœur. Au début, Claire me disait « Mais qu’est-ce que tu veux voir, tu me vois quand on fait l’amour ! » Mais dans ces moments-là… elle est magnifiée.

Claire dit souvent qu’elle ne veut surtout pas avoir l’impression de tourner dans un porno. De la même façon, je ne regarde pas comme je regarderais un porno. Je ne fixe pas en gros plan le sexe du mec qui rentre dans sa chatte, non. Ce que je regarde, c’est l’ensemble, Claire qui se laisse aller à faire l’amour avec un mec, qui en plus a une manière de faire l’amour qui… que je trouve forcément divine. Elle est tellement belle. Elle a un corps fait pour faire l’amour – c’est la façon dont elle s’en sert, elle prend l’initiative, elle n’est pas du tout passive.

Claire. Je ferme les yeux… Mais je ferme aussi les yeux quand je suis avec Vincent. Je suis dans le ressenti, dans la sensation. Parfois, Vincent me demande de le regarder, mais c’est difficile.

Les angles

Vincent. On l’a toujours fait à l’hôtel, avec un lit et une chambre et donc je m’assois sur la chaise qui est à l’angle du lit. La dernière fois… tu étais allongée sur le dos et il était sur toi et du coup je ne voyais que son dos ! J’en rigolais tout seul en me disant « Je ne vais pas me lever et faire le tour », je ne suis pas un réalisateur de film porno. D’ailleurs, Claire, je la connais tellement bien que même si je ne la vois pas, je la vois.

Claire. Moi, les angles, je n’y pense pas une fois que je suis dans le truc. Je ne dis pas : « Attends je vais me mettre dans telle ou telle position pour qu’il voie mieux. » Cyril fait parfois attention aux angles : la dernière fois, il s’est allongé pour que Vincent puisse voir. Mais c’est parce que Cyril a aussi un fantasme candauliste, il comprend.

tumblr_nlktlaS6Mg1u8b87jo1_1280

Le moment d’après

Claire. C’est important, de se toucher… Le câlin d’après l’amour. Quand le mec ne doit pas partir, on reste tous les trois dans le lit. C’est important de savoir comment ça s’est passé pour l’autre mec, comment lui l’a ressenti, s’il a pris autant de plaisir que nous, s’il a été à l’aise.

Vincent. On ne finit pas en se disant : « Allez hop, on se rhabille et on se casse ! » Bien sûr on fait ça pour nous, mais le plaisir du mec, c’est important aussi. Sinon on s’est plantés : on cherche aussi à ce que le mec prenne du plaisir.

Claire. Un de nos copains qui a pris pas mal de drogues nous demandait : « Comment vous gérez la descente ? » C’est vrai que c’est fort en émotion, en adrénaline. On en parle beaucoup – pas techniquement, mais au niveau des émotions – on a besoin d’être tous les deux.

Pendant quelques jours après ces rencontres, ça reste compliqué. Je dis souvent à Vincent que je ne veux plus le faire. C’est le moment où j’intellectualise. Je me dis « Je couche avec un mec que je n’avais jamais vu deux heures avant et mon mari est là, il est à poil et il se paluche. » C’est bizarre, quoi !

Vincent. Tu moralises.

Claire. Non, ce n’est pas une question de morale. Le lâcher prise, pour le coup, ce n’est pas un problème pour moi. Mais c’est bizarre.

tumblr_nlxcdx1u9s1rv93u9o1_1280

« Laisser son corps parler »

On l’a fait quatre fois avec trois mecs différents, depuis août dernier.

Claire. Physiquement c’est pas dingue… Comme je le dis souvent aux mecs, il n’y a que Vincent qui me fait jouir, qui me connaît par cœur. Mais c’est la situation qui est excitante. Je me dis que Vincent est en train de prendre son pied, qu’il s’éclate et ça me fait plaisir. Et moi j’aime ça, j’aime vraiment faire l’amour. J’adore découvrir un nouveau corps, une nouvelle peau…

Vincent. Claire est beaucoup plus libérée que moi. Elle est capable de se lâcher face à un autre mec, alors que moi… Quand je l’ai trompée c’était une catastrophe.

Claire. J’ai un rapport de mammifère au corps. C’est pour ça que j’ai toujours adoré être enceinte. Je trouve que ça fait du bien, de revenir à un état où tu poses ton cerveau et tu laisses ton corps parler.

Je pense que les femmes ont souvent un problème pour passer de la maman à l’amante. C’est compliqué, parfois, de changer de rôle. Vincent me donne cette chance de pouvoir rencontrer d’autres mecs. Mais je ne le ferais pas sans lui. Si un jour j’en ai envie, je lui demanderai et on verra.

Vincent. Je pense que, même s’il ne faut pas, je lui dirais « Oui…mais par contre tu me racontes absolument tout ! »

Kasumi by Insuh Yoon.

« Dans la chambre on est hors du monde »

Vincent. Ça se passe uniquement dans la chambre d’hôtel. Un des mecs avait essayé d’embrasser Claire à la sortie du pub, et elle l’avait repoussée, comme si elle ne comprenait pas ce qu’il faisait. Une fois qu’on entre dans la chambre on est un peu hors du monde. On est tous les trois, là haut, et on est un peu hors du monde. Quand on ressort, lui redevient pour nous une connaissance.

Vincent. Le déshabillage… Quand on rencontre le mec, on décide d’un signal pour savoir si on est d’accord pour décider si on y va ou pas – par exemple, c’est bon si Claire pose ses boucles d’oreille sur la table.

Ensuite, dans la chambre, ça se passe exactement comme si elle était avec un amant d’un soir et que je n’étais pas là : tu te déshabilles, il se déshabille et tu ne fais rien d’extraordinaire parce que c’est la première fois. Moi, au début je suis habillé, puisque personne ne s’occupe de moi (rires). Mais après forcément tu as envie de te caresser, donc forcément tu te déshabilles.

Claire. Pour en parler, j’utilise souvent des termes liés à la gourmandise. Quand j’ai ouvert les photos, sur le site, du dernier mec, j’ai dit « Miam miam ».

Vincent. Ou : « Je ne vais en faire qu’une bouchée ». Tu dis ça aussi.

Claire. Sur le site échangiste, il y a tout un vocabulaire, qu’on déteste. Par exemple, les libertins s’appellent « les coquins ». Je trouve ça complètement con ! Quand ils se retrouvent pour une soirée, ils « coquinent ». Non : ils baisent, hein ! Ma petite dernière, elle est coquine. Eux, non.

Je dis aussi aux mecs : « On évite le vocabulaire “chatte, chienne, cochonne, truie, dinde…” Tu me traites pas, tu me parles pas mal. Dans ta tête si tu veux, mais autrement, non. »

Ce que je préfère, c’est quand je dis à Vincent « Viens », ou que je me lève pour aller le chercher, et que je sais que ça s’est bien passé.

©Photo: Ortwin Bato.

Vincent. Moi, c’est quand tu me regardes et que je vois dans tes yeux que c’est bien… Mais même quand tu ne me regardes pas, tu fermes les yeux et je vois à l’expression de ton visage que tu es bien.

(silence rêveur) Plus crûment, j’aime bien aussi quand tu suces le mec.

Il y a un « catalogue » de ce que Claire ne veut absolument pas. Ce sont des règles très claires : pas de tapes sur les fesses, pas d’injures, pas de sodomie et pas d’éjac faciale. De toutes façons, Claire est très dominante dans sa façon de faire l’amour. C’est elle qui décide de ce qui se fait. Si elle est dessous, c’est elle qui a décidé d’être dessous.

Claire. Les mecs se laissent facilement aller. Ils peuvent te dire oui en chat, mais après, pendant le rapport sexuel c’est différent. Le dernier, j’ai cru un moment qu’il allait me contraindre. Ou l’autre, qui m’a mis une tape sur le cul.

Corwin Prescott - Miss Macaroni

Vincent. Tu t’es pas laissée faire.

Claire. Non. Je lui en ai mis une aussi, et on était repartis. Mais quand même. Ces trucs-là, ça me perturbe.

Mais je déteste aussi le moment où on s’en va, parce que c’est la fin d’un truc. Tu ne sais pas s’il y aura une deuxième fois, alors que la deuxième fois c’est quand même mieux, tu peux explorer d’autres choses. Mais là, tu claques la porte et c’est fini, il faut redescendre.

Vincent. Moi je ne déteste pas forcément : c’est le moment où on se retrouve tous les deux et où je récupère Claire pour moi…

Par contre, ce que je n’aime pas, c’est lorsque tu rencontres quelqu’un sur le site, tu fais des blagues, ça passe bien – et tu regardes les photos et tu te dis « ha… merde, c’est con, ça ne va pas le faire » . C’est dommage, pour le mec, pour nous…

Claire. Non, c’est sûr, c’est pas cool. (pause) Je ne peux pas me forcer. Il faut que je sois attirée par le mec, qu’il me plaise, que j’ai envie de l’embrasser. Je ne suis pas une reine de beauté, je ne cherche pas Brad Pitt. Qu’il ait du bide, je m’en fous, mais il faut qu’il y ait un truc.

Vincent. On utilise des objets quand on est tous les deux mais pas avec les autres mecs. A la limite, c’est le mec notre objet. (rires)

Claire. On avait dit ça à un d’entre eux sur le chat, qui demandait : « Vous cherchez quoi ? » et on avait répondu « Un sex toy vivant ! » Et le mec avait répondu « Bon mais ça va s’il a la parole ? » Oui oui c’est bon (rires).

Claire. Ma zone érogène c’est le clitoris, et puis le point G – mais il n’y a que Vincent qui l’a trouvé, il est l’abri de la concurrence ! Récemment, avec un des mecs, j’ai redécouvert les baisers dans l’oreille, que Vincent ne fait pas. Et les cunnilingus, qu’il ne fait pas non plus. Du coup, je n’ai pas ça à la maison, mais je l’ai à côté !

Vincent. C’est pas faute d’avoir essayé mais je ne sais pas le faire bien, alors… Mais quand je touche Claire au creux des hanches, d’une certaine façon c’est une zone érogène pour moi, même si ce n’est pas la mienne.

On regrette… une fois, avec un mec très jeune, qui avait 26 ans. On a été trop vite, on lui a parlé très peu. C’est pas vraiment un regret, ça fait partie de l’expérience.

Claire. Parfois je me dis que si on en avait parlé plus tôt, qu’on s’y était mis plus tôt… Peut-être si on l’avait fait plus tôt…

Vincent. Oui mais bon j’étais pas malheureux non plus. Ça reste que du cul. J’ai toujours pensé qu’on pouvait vivre heureux dans un couple sans le cul. Ce sont des choses détachées, quoi.

La famille

Vincent. J’ai eu une éducation assez féministe, mais en même temps j’ai été chez les curés jusqu’en terminale. Je ne suis pas du tout croyant, mais ça met quand même une chape de plomb sur ta sexualité. On ne t’apprend pas que le plaisir ou la recherche du plaisir, c’est quelque chose de bien.

Mes parents ont divorcé quand j’avais 3 ans. Mon père était homosexuel et il est parti pour un autre mec. A la fin des années 1970, être homosexuel ce n’était pas facile à assumer, alors père en même temps… J’avais de bons rapports avec lui, mais c’était un copain, pas un père. La sexualité de tes parents, c’est toujours quelque chose qui est tu, mais là c’était encore plus le cas : avec d’un côté ma mère, qui faisait passer mon frère et moi avant sa vie sentimentale, et de l’autre mon père, qui n’allait pas nous dire à 7 ou 8 ans qu’il vivait avec un homme.

Tout ça était vraiment tabou : on ne disait pas que c’était mal, mais on n’en parlait pas.

Claire. Je pense que ça a poussé Vincent à être moins dans l’action et plus dans le regard.

Vincent. Je sais pas. (il hausse les épaules)

Claire. Moi, je me souviens, quand j’étais jeune ado, mon père avait un copain qui travaillait aux NMPP, les distributeurs de presse. J’avais demandé un magazine genre Podium, mais lui s’était trompé et m’avait ramené un magazine de cul. C’était un truc d’homos, avec plein de photos de mecs à poil et je trouvais ça vachement excitant. J’ai pas vraiment de fantasme, c’est plutôt des scénarios. Et si j’en ai un, c’est d’avoir un harem.

©Photo: Leszek P.

« On ne cherche pas le sexe pour le sexe »

Claire. On ne cherche pas la performance, le sexe pour le sexe. Pourtant on nous l’a proposé : des plans sur le parking de l’hôpital de telle heure à telle heure, ou dans une cabine de routier… Nous ce qu’on aimerait c’est trouver deux ou trois sex friends, qu’on pourrait voir régulièrement. Après, tu les connais mieux et tu peux être plus détendu, ça se passe mieux.

Claire. On pourrait avoir un mec par soir si on veut, il y a tellement d’hommes seuls… Mais pour nous, c’est une recherche qui est longue, toujours un peu compliquée. D’ailleurs, j’ai toujours un peu peur avant d’y aller. Tu ne sais pas comment le mec va être, c’est toujours un peu le saut dans l’inconnu. Et je ne sais pas combien de temps on fera ça, mais j’espère que jamais je n’y irai décontractée. Que jamais je ne prendrai l’habitude.

Vincent. Ça ne change pas notre sexualité, mais ça peut changer des détails quand on fait l’amour. Ça peut t’arriver de te mettre dans des positions pour que je te regarde.

Claire. Je suis plus en paix avec mon corps, grâce à ça. Je le martyrise moins. Je l’assume plus. Le candaulisme n’a pas changé notre vie sexuelle à tous les deux. On parle plus de notre intimité, de notre ressenti… mais notre vie sexuelle est la même qu’il y a un an.

Vincent. Si, maintenant on a plus de lingerie !

« On jouit, au sens large du terme »

Au-delà du candaulisme et de la sexualité, c’est notre façon de vivre. On a souvent des copains à la maison, on pense que le plaisir se partage… On a de la chance : nos enfants vont bien, on a du boulot tous les deux… de temps en temps le banquier appelle parce qu’on est dans le rouge mais c’est tout, quoi ! On jouit, mais au sens large du terme.

Claire. Après, ça peut être un jeu un peu dangereux. Parfois on se dit ça mais ensuite on en rigole et on se dit : « Si on n’a que ça comme problème, c’est pas très grave. »

Vincent. C’est quoi le danger ? Qu’elle tombe sur un mec qui la fasse mieux jouir que moi ? Eh bien tant mieux pour elle ! Et s’il le faut, on verra ce mec une fois par mois. Il y a quand même beaucoup d’autre chose dans une vie de couple que le plaisir qu’on prend au lit.

tumblr_nlclhm8O7i1rjgipqo1_1280

13 mars, 2015

Candaulisme : Libération sexuelle ou tyrannie du plaisir ?

Classé dans : Non classé — candaule @ 21:07

Candaulisme : Libération sexuelle ou tyrannie du plaisir ? tumblr_nl5n0wADpQ1rv93u9o1_1280

Candaulisme : jeux de couples libertins

A des années lumières des orgies romaines, le candaulisme se définit aujourd’hui comme une forme de comportement extra-conjugal codifié. Ces pratiques sont-elles l’apanage des hédonistes modernes ? Peut-on conjuguer amour et sexe à plusieurs ? Quels sont les rites et pratiques de ces couples non-conformistes ?

tumblr_lugeh2n5Mm1r3qxsdo1_500

Envie de briser la monotonie du couple, de pimenter sa vie sexuelle ? Les Candaulistes modernes seraient de plus en plus nombreux à s’adonner à cette pratique autrefois taboues. Mais derrière cette façade de liberté sexuelle pourrait bien se cacher une nouvelle tyrannie du plaisir obligatoire.

tumblr_nkob72L7gj1qg4sq1o1_1280

Il n’est pas si loin le temps où le Candaulisme, l’échangisme et le sadomasochisme étaient considérés comme d’inavouables perversions. Aujourd’hui sorties de l’ombre, ces pratiques riment avec liberté sexuelle… Le couple serait-il devenu ringard ?

Liberté sexuelle ou tyrannie du plaisir ?

Ils n’étaient dans les années 1960 qu’une poignée. Alors que l’interdit tombe, ces Français qui osent tout ne se cachent plus. Les codes visuels et linguistiques de leur monde autrefois fermé envahissent la sphère publique. Le cuir et le latex s’invitent aux défilés de mode, les visuels sadomasochistes inondent les publicités… Une fois la parenthèse des années sida oubliée, certains ont voulu redonner quelques couleurs au slogan de mai 68 « Jouissons sans entrave ». « Pas question comme nos parents de baiser avec la même personne pendant trente ou quarante ans.

Mais ces pratiques pourraient-elles demain devenir la norme ou restent-elles malgré tout limitées à très peu de couples ? Ces expériences ne sont-elles pas vécues comme de simples bravades passagères aux normes sociales ? Difficile d’y voir clair…

tumblr_luge6fhauF1r3qxsdo1_500

Si les romans de Houellebecq, l’émission « Paris Première » de Frédéric Taddeï ou « Nova mag » ont contribué à « déghettoïser » l’échangisme ou le Candaulisme, on se demande encore qui sont ces « heureux libertins ». Et combien sont-ils réellement à franchir la porte d’un club échangiste ou à participer à ces soirées où le sexe est collectif ?… Plus nombreux qu’il y a quelques années, c’est une chose certaine.

tumblr_ngdd7pNj4A1r3qxsdo1_500

L’empire des sens interdit

Plus généralement issus de la classe moyenne ou aisée, ces nouveaux épicuriens appartiennent à tous les niveaux économiques et culturels. Les rencontres se font généralement via des petites annonces, des forums de rencontres ou des soirées organisées par des initiés.

tumblr_nl020dcC9p1rv93u9o1_1280

Mais cette sexualité rime-t-elle forcément avec liberté sexuelle. Selon Daniel Welzer-Lang, sociologue et maître de conférence à l’université de Toulouse, certaines pratiques ont encore du mal à se conjuguer au féminin. D’après lui, le Candaulisme reste encore un milieu macho. Non seulement le premier pas est plus souvent une demande masculine mais l’imaginaire érotique féminin peine parfois se satisfaire des codes hérités du porno très présent lors de ces soirées.

Image du Blog france-exhib.centerblog.net

Mais cette conception de la femme soumise et sexy semble évoluer, comme en atteste le témoignage de Sarah sur nos forums : « Pour moi et pour beaucoup d’autres personnes ayant vécu cette expérience, notre couple est beaucoup plus épanoui. Nous sommes plus heureux, il y a moins de tensions (…) Ca n’a pas été facile de prendre cette décision mais je ne regrette rien. Je suis très heureuse avec mon copain. La preuve : il m’a demandé de l’épouser, il y a un mois ».

Image du Blog france-exhib.centerblog.net

Quelles sont les motivations initiales de ces explorateurs de nouveaux horizons sexuels ? Envie de pimenter sa vie amoureuse, de ne pas mourir idiot, de braver les interdits et les conventions sociales… Telles sont les intentions affichées de ces hédonistes des temps modernes. Mais combien parmi eux ont simplement envie de rester dans le coup pressé par une société où le plaisir est roi… Les Candaulistes ne seraient-ils pas des victimes de la mode ?

tumblr_lugef25DiZ1r3qxsdo1_500

Concilier Candaulisme et sentiments

« Briser les interdits ! », « La fin du dernier tabou ! »… Alors que ces slogans s’affichent sur les couvertures des magazines soft, cette volonté permanente de mélanger sexe et interdit pourrait traduire une panne de désir. Dans cette société de blasés, la négation des interdits peut devenir une fin en soi. Seul impératif : devoir sans cesse en chercher ou en créer de nouveaux. Comme si le slogan « Il est interdit d’interdire » avait finalement succédé aux pressions sociales et religieuses… De quel côté se trouvent les nouveaux sexo-réacs ?

tumblr_njidb15dnT1rv93u9o1_1280

Mais l’amour dans tout ça ? Mieux vaut être pleinement conscient des risques encourus… Seriez-vous capable d’avoir des relations sexuelles avec d’autres personnes en présence de votre conjoint ? Supporterez-vous le spectacle de votre ami(e) dans les bras d’un autre ? Sauriez-vous aisément concilier plaisir et douleur ? Une fois goûtés ces plaisirs défendus, quel usage feriez-vous de ces pratiques ?

tumblr_luavh30nXC1r3qxsdo1_500

Parfois, cette expérience peut raviver le désir défaillant en attisant une jalousie plus ou moins inconsciente. Dans d’autres cas, elle peut à contrario précipiter l’agonie d’une relation amoureuse un peu bancale… En s’enfermant dans un sentiment de jalousie, la conséquence ne peut être que destructrice… l’échangisme ne pourra ressouder une relation qui s’effrite et nécessite une confiance et une complicité mutuelle très prononcée. Mais il n’est pas toujours facile de trouver le bon équilibre entre Candaulisme et stabilité affective. A bon entendeur…

tumblr_luavj6HO7j1r3qxsdo1_500

4 mars, 2015

Les 12 étapes du Cocu

Classé dans : Non classé — candaule @ 18:59

Vacances à la neige

1-  Nous n’avons aucun pouvoir sur le sexe de nos Femmes, et notre vie ne peut être envisagé que comme cocu.

2-  Nous croyons que nos Femmes peuvent nous rendre sains par le contrôle qu’elles exercent sur nous.

3-  Nous avons pis la décision de prendre soin de nos Femmes, et de tourner notre sexualité vers cette décision.

4-  Nous faisons une recherche sincères et sans peur sur notre besoin d’être cocu.

5-  Nous avouons à nos Femmes la nature exacte de nos perversions.

6-  Nous sommes totalement prêts au contrôle de notre sexualité par nos Femmes.

7-  Nous demandons humblement à nos Femmes de contrôler notre sexualité, et d’avoir des relations avec qui elles souhaitent.

8-  Nous faisons une liste de toutes les façons dont nous pouvons aider nos Femmes, et leurs amants dans leur vie sexuelle, et acceptions de les aider à cela.

9-  Nous remplissons toutes les tâches que nos Femmes nous demandent de remplir (tâches ménagères, etc …)

10- Nous veillons chaque jour à faire le nécessaire pour satisfaire nos Femmes.

11- Nous méditons chaque jour pour améliorer notre contact avec nos Femmes, et nous recherchons leur approbation en acceptant ce qu’elles choisissent de faire, et en les aidant à le faire.

12- Par le bine-être que nous ressentons dans cet éveil, nous portons ce message aux autres cocus dès que possible, et nous partageons nos expériences avec eux.

Les 12 étapes du Cocu tumblr_niuhfbpO1C1r3qxsdo1_500

2 mars, 2015

Votre conjoint est candauliste, quel est votre degré de sensibilité à cette pratique ?

Classé dans : Non classé — candaule @ 19:18

C2

Ce test devrait vous aider à évaluer votre degré de sensibilité aux pratiques candaulistes.

1) Votre partenaire vous confie ses fantasmes candaulistes

a) Vous ne supportez  pas l’idée qu’il vous prenne pour une fille facile
b) Il faut bien l’admettre, ce désir stimule votre libido.
c) Cela dépend : l’idée ne vous déplaît pas, il faut en discuter…

2) Il vous est déjà arrivé de « déraper » au cours de votre relation, vous :

a) Essayer de refouler ce souvenir malheureux.
b) Vous l’avez avoué à votre conjoint, cela est à l’origine d’une complicité nouvelle.
c) Aviez déjà oublié. Pour vous, ce n’était rien.

3) Quand vous croisez un bel homme dans la rue :

a) Vous mettez un point d’honneur à ne pas regarder.
b) Vous le regardez par en dessous, discrètement.
c) Vous le regardez franchement, votre désir ne vous effraye pas.

4) Pour vous, une infidélité est effective quand

a) On couche avec une autre personne
b) On pense à un autre, même s’il ne se passe rien.
c) Quand on embrasse une autre personne.

5) Vous habillez-vous de façon sexy ?

a) Non vous ne supportez pas les regards lubriques
b) Oui, vous aimez faire de l’effet…
c) Seulement quand vous êtes accompagné.

6) Votre conjoint ne pourrait vous reprocher :

a) Votre vie amoureuse passée très mouvementée.
b) Votre besoin continuel de plaire aux hommes.
c) Un certain manque au niveau sexuel.

7) Qu’est-ce qui m’empêche le plus d’être infidèle, pour le plus grand plaisir de mon compagnon ?

a) Le fait d’aimer mon homme
b) Mes valeurs.
c) Simplement l’absence d’opportunités.

8) Acceptez-vous des fleurs, des avances, des dîners… D’autres hommes que votre mari ou compagnon ?

a) Il n’en est pas question !
b) Oui, je n’y vois aucun mal, mon compagnon est mon plus grand complice.
c) Oui, à condition de bien faire comprendre aux hommes en question que mon cœur est pris.

9) Avez-vous déjà eu deux hommes dans votre vie en même temps ?

a) Oui, mais avec l’un c’était platonique et avec l’autre purement sexuel
b) C’est impossible pour moi !
c) Bien sûr, pour le plus grand plaisir de notre couple.

10) Avez-vous déjà trompé votre compagnon ?

a) Non, jamais.
b) Oui, mais de façon exceptionnelle.
c) Oui, régulièrement et cela renforce notre complicité de couple.

2

Réponses :

Comptabiliser vos points :
1A = 0 / 1B = 2 / 1C = 1 / 2A = 2 / 2B = 0 / 2C = 1 / 3A = 2 / 3B = 1 / 3C = 0 / 4A = 0 / 4B = 2 / 4C = 1 / 5A = 2 / 5B = 0 / 5C = 1 / 6A = 1 / 6B = 0 / 6C = 2 / 7A = 1 / 7B = 2 / 7C = 0 / 8A = 2 / 8B = 0 / 8C = 1 / 9A = 1 / 9B = 2 / 9C = 0 / 10A = 2 / 10B = 1 / 10C = 0

Pensez à nous faire partager vos réponses, une autre façon de faire connaissance !

Simon Bolz, www.simonbolz.com

Vous avez moins de 7 : La partenaire idéale d’un candauliste, l’infidélité au corps.

C’est ainsi ! Vous êtes une amoureuse, une aventurière du plaisir et des sentiments, une infidèle dans l’âme ! La partenaire rêvée pour un candauliste, votre conjoint est sans doute très heureux grâce à vous.

Vous avez besoin de séduire en permanence pour vous sentir exister et rien ne vous fait plus de bien que de vous retrouver dans les bras d’un homme. Vous pouvez vivre plusieurs relations simultanément et assumer pleinement vos choix.

Vous êtes en effet une jouisseuse, et vous avez du mal à résister à la frustration. Pour citer Oscar Wilde, vous vous dites que « la meilleure façon de se délivrer d’une tentation, c’est d’y céder »…

Même si vous êtes bien avec votre compagnon, vous appréciez d’être libres de vos mouvements et de vos envies, et cela vous pousse à provoquer le destin en allant voir ailleurs.

Vous aimez trop la vie et ses plaisirs pour vous limiter seulement à votre conjoint ! Attention seulement à bien communiquer avec votre compagnon et veillez à être claire avec vos éventuels amants réguliers afin de ne pas les confronter à la désillusion !

Diplôme Candauliste

Vous avez entre 8 et 14 : Une complicité candauliste de circonstance

Vous êtes une femme respectueuse et fidèle, mais les circonstances de la vie ont pu ou pourraient vous mettre sur la voie du candaulisme !

OK, vous l’avouez, il vous est déjà arrivé de tromper vos partenaires, mais c’était avant, ou alors quand vous sentiez que votre histoire n’était pas vraiment sérieuse. Vous avez toujours considéré qu’une infidélité n’avait lieue que si vous ne vous sentiez pas vraiment engagée dans vos sentiments.

En fait, être infidèle semble pour vous comme une preuve que l’on n’est pas vraiment amoureux, et c’est en général de votre point de vue, un prélude à une rupture, une sorte d’auto encouragement !

Cependant, vous lisez cela avec curiosité, acceptez seulement que vous pourriez craquer avec l’accord de votre conjoint de façon exceptionnelle, pour un autre homme que le vôtre, à condition que cela reste exceptionnel et que votre image sociale ne s’en retrouve pas écornée.

Même si vous êtes amoureuse et que votre homme vous renvoie le même amour, il n’est pas impossible que la pratique du candaulisme puisse vous attirer. A la seule condition de ne pas considérer l’infidélité comme la fin de votre couple mais bien comme le début d’une très belle complicité.

1170859_613726668667599_1128669692_n

Vous avez plus de 15 : La fidélité assumée

Votre éducation, votre religion ou vos valeurs ont fait de vous une femme de confiance fidèle jusqu’au bout. Le simple fait que votre partenaire de vie vous exprime ses désirs candaulistes et vous demande d’éprouver des désirs pour un autre homme que lui, vous est insupportable. Vous ne pouvez comprendre ce désir de la part d’un homme qui dit vous aimer.

Le principe qui régit votre vie amoureuse est : « ne fait pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’il te fasse ».

Ce qui vous empêche de tromper votre partenaire, c’est avant tout les règles que vous vous êtes fixées : c’est pour vous une preuve de respect envers l’autre. Vous avez un sens moral très développé, et c’est surtout le souci d’être irréprochable qui vous guide.

553005_187470891428332_682017364_n

12345...50
 

jaycrew |
denismarti |
lingeriefinesexy |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ijdixxx
| Dick Monster Channel
| Rencontre avec une actrice